Prêter attention

Quel but se fixer dans la vie, si ce n’est apprendre à se connaître soi-même ? à réaliser ce que nous sommes capables de faire et à découvrir ce qui nous nourrit au plus profond de nous-mêmes ? à devenir plus humain, en somme. 

Cela passe par nos expériences et par nos compréhensions des interactions que la vie nous propose. Dans ces interactions, celles avec nos congénères restent de loin les plus importantes pour faire ce cheminement.

Nous avons tous un certain degré d’attention quand nous parlons avec d’autres personnes. Ce degré dépendra de la personne mais aussi de notre disponibilité. Mais dans toutes les situations, notre inconscient capte bien plus d’informations que nous pensons. 

Inconsciemment, nous analysons l’état émotionnel, l’état mental, l’état physique de notre interlocuteur. Notre inconscient identifie une infinité d’informations sur la personne à qui nous parlons comme la personnalité, ses origines sociales, culturelles, son rapport aux autres, son rapport à l’intimité, son rapport à la violence, au bonheur, à la souffrance, ses peurs. 

Comme cet ensemble de renseignements est considéré comme « normal » pour notre interlocuteur par notre inconscient, il ne nous renvoie pas ses informations à la conscience. le rapport qui remonte se limite presque à un R.A.S. Rien à signaler. On parle donc avec une personne en ajustant inconsciemment notre communication. 

Apprendre à se connaître soi-même et à connaître les autres, c’est faire ce travail de remontée à la conscience de toutes ces informations. Cela permet de prendre conscience de ce qui m’attire chez les autres, de ce qui me repousse chez eux et donc de dessiner les contours du fonctionnement de mon instinct que beaucoup appellent enfant intérieur. Cela permet de mieux comprendre l’univers de nos proches et leur fonctionnement. La quasi totalité des gens pensent que les autres voient le monde comme eux et qu’ils devraient s’y conformer. 

Si notre éducation fait toujours en sorte d’imprégner notre façon de voir le monde par celles de nos parents, se connaître soi-même passe nécessairement par la déconstruction de cela pour trier ce qui nous convient et abandonner ce qui ne nous convient pas. Prêter attention aux autres, c’est aussi le moyen de se laisser imprégner par d’autres fonctionnements qui nous conviendront mieux, qui nous nourriront davantage. C’est aussi reconnaître chez les autres nos propres fonctionnements qui ne nous conviennent pas et travailler pour nous en débarrasser.